Lock iconRectangle 1Rectangle 2 + Rectangle 2 CopyShapeRectangle 1
24 h de nage : Défi ou folie ?

24 h de nage : Défi ou folie ?

Par Heidi Levasseur, nageuse marathonienne

24 h de nage : Défi ou folie ?

La nage a toujours été pour moi à la fois ma passion, mais aussi parfois un exutoire.  Ce sport m’anime, me rend plus vivante et m’inspire à un point tel que je cherche sans cesse à l’exploiter à fond.  En effet, chaque fois que je vais nager, je fais l’expérience d’un état mental motivant et libérateur. 

C’est à 15 ans que j’ai commencé à faire des marathons de nage en eaux libres.  J’ai nagé plusieurs épreuves classiques bien connue au Québec tel que le lac St-Jean et le lac Memphrémagog. En fait, c’est dans c’est eaux que j’ai découvert mon créneau de nageuse.  L’endurance était ma force et ce l’ait toujours. 

Après avoir pris une pause de plusieurs années dans la vingtaine pour me consacrer à des études universitaires, j’ai repris l’entrainement en 2009 pour réaliser différentes expéditions que j’organisais moi-même, délaissant du même coup toutes formes de compétitions relevées.  Mon intérêt ultime est de voir jusqu’où je peux aller dans cette folie d’endurance.

Ainsi, j’ai réalisé des parcours comme le fleuve St-Laurent de Montréal à Québec et de Québec à Matane, le tour du Lac St-Jean, la rivière St-Maurice, la rivière des Outaouais, la rivière Saguenay… enfin, toujours en poussant plus loin mes limites.

Et cet été … un 24 h de nage !!!  Pourquoi je fais cela ? Est-ce un défi ou une folie?  Ni tout l’un, ni tout l’autre… Cette question revient souvent, et honnêtement, la réponse n’est pas toujours la même.  En effet, elle évolue d’année en année, de la même façon que mon sport, la natation, me fait évoluer, me fait réfléchir, m’enseigne la sagesse, me fait prendre conscience de mes forces et de mes faiblesses… En fait, le sentiment de fierté et de bien-être que j’en retire est si exaltant et épanouissant que malgré les efforts et les moments difficiles que je puisse vivre dans l’épreuve, je reste convaincue qu’à la fin, j’en retirerai beaucoup de satisfaction.  C’est toujours l’effet que j’éprouve lorsque je me dépasse dans ma vie, que ce soit dans mon sport particulièrement, mais aussi dans tout autre domaine.

Enfin, la leçon que la natation m’enseigne est que le dépassement de soi est un mode de vie, la réussite n’est jamais acquise et malgré les nombreux sacrifices que j’ai pu faire pour réaliser divers exploits, d’autres sont encore à venir. Pour tout dire, ma motivation reste bien vivante car je continue de m’inspirer de réalisations et d’accomplissement de différentes personnes connues, ou moins connues.

24 H de nage les 21 et 22 juillet 2017 : Départ donné à midi.

Suivez-moi sur Facebook : Sirène du Québec et sur mon site Internet : www.heidilevasseur.ca


Tags